Publié : 16 janvier 2011
Format PDF {id_article}

La modalisation (3e2)

La modalisation du discours

Rares sont les énoncés qui restent objectifs, neutres. Nombreux sont ceux qui reposent ,d’une façon ou d’une autre, sur des modalisateurs, procédés par lesquels le locuteur révèle son point de vue.
Quand un énoncé contient les traces, les indices de la subjectivité de son locuteur, c’est ce qu’on appelle « la modalisation du discours ».

La modalisation est l’attitude qu’adopte le locuteur par rapport au contenu de son énoncé. Il peut l’évaluer, le présenter comme incertain, vrai ou faux et y adhérer un peu, beaucoup, ne pas s’impliquer ou même le rejeter.

Les modalisateurs peuvent être :

1) Des signes de ponctuation et de typographie : guillemets, mots en italique ( prise de distance par rapport à l’énoncé), caractères gras, majuscules etc.

2) Des adverbes ou des groupes nominaux prépositionnels compléments circonstanciels marquant le doute, la certitude, la distance…(peut-être, sans doute, à vrai dire, en réalité, selon, aux dires de …).

3) Des adjectifs évaluatifs (possible, probable, éventuel, difficile) ou des tournures attributives (déclarer probable, être difficile à).

4) Des auxiliaires modaux exprimant la possibilité, l’éventualité, la probabilité (pouvoir, vouloir, devoir).

5) Des verbes à valeur modale (paraître,sembler).

6) Des verbes d’opinion (penser, juger, estimer, supposer, affirmer etc.)

7) Des temps et des modes à valeur modale : le subjonctif ( incertitude), futur et présent de l’indicatif ( fait probable, éventuel, possible), le conditionnel ( fait potentiel, fait incertain et douteux).

8) Des phrases interrogatives (incertitude, doute), des phrases déclaratives ou assertives (certitude), des phrases exclamatives (subjectivité), des phrases impératives (injonction).

9) Des subordonnées hypothétiques (potentiel, incertitude) : « Que dirait la chambre, si quelqu’un se levait et disait ces paroles sérieuses ».

10) Le vocabulaire mélioratif et péjoratif ( voir connotation et dénotation).

11) Les figures de style (la comparaison, la métaphore, l’hyperbole, la litote, l’antiphrase etc.)

12) La forme emphatique (mise en valeur) : « Cette maladie, vous la traitez mal ».

Remarque : tous ces procédés de modalisation peuvent se combiner : « il semblerait qu’il soit possible de cloner l’être humain. »

A retenir : selon les modalisateurs et le vocabulaire utilisé, l’émetteur d’un énoncé prend plus ou moins de distance, reste plus ou moins neutre par rapport à ce qu’il dit.

Exercice1 : Repérez les modalisateurs utilisés dans les énoncés suivants.

a) Lui, t’apprécier ?

b) Il est évident que les voyages permettent une plus grande ouverture d’esprit.

c) Il semble sûr de lui.

d) Je dis que tu as tort et je n’en démordrai pas.

e) Il est maigre comme un lacet.

Exercice 2 : Parmi ces énoncés, soulignés ceux qui traduisent une prise de position du locuteur.

a) Le temps est couvert aujourd’hui.

b) L’incendie est sans doute d’origine criminelle.

c) Spielberg est, décidément, le maître du sensationnel.

d) En latin, la forme des mots indique leur fonction dans la phrase.

e) Il se serait produit un accident sur l’autoroute.